Interview Business du mois

Douces Mesures

Avec Douces Mesures, Juliette du Chayla répond à un besoin évoqué par de nombreuses femmes: la possibilité de porter une robe totalement adaptée à la morphologie de la cliente et à ses souhaits (design, tissus, motifs etc). Ce concept jusque là réservé aux hommes, ou aux robes de mariée se décline désormais à la demande et de façon responsable à Bordeaux, où la marque a été lancée en 2019.

Le conseil business d’Incremento

L’approche adoptée par Juliette est à plus d’un titre un exemple d’excellence dans un projet entrepreneurial – les lectrices y découvriront une approche structurée, organisée et lucide. Juliette a en effet mené sa création d’entreprise comme un projet professionnel de grande envergure: identification d’un besoin, reconversion, formation, accompagnement au lancement de sa marque, diversité dans les modèles, valeurs de marque bien définies…. Juliette répond à un besoin rencontré par de nombreuses femmes, à un moment donné de leur vie. On peut ainsi aisément décrire Douces Mesures comme “une petite marque qui a tout d’une grande”, pour paraphraser un spot publicitaire bien connu…ce qui signifie qu’elle pourrait décoller rapidement même si elle a moins d’un an d’existence. Notre conseil? Que Juliette rêve fort et grand – en d’autres termes, qu’elle envisage déjà des scénarii de croissance qui pourraient imposer un changement d’échelle en design, production et approvisionnement – à l’ère des réseaux sociaux, sa marque et son concept peuvent rapidement attirer l’attention de designer et des incubateurs des nombreuses marques de luxe (Chanel, LVHM) qui cherchent ainsi à identifier leurs innovations futures. Autre conseil: travailler sa visibilité, encore et toujours, se faire connaître, sans hésiter à contacter les maisons de presse et de mode.
1 – Vous avez créé Douces Mesures en 2019 Pouvez-vous décrire ce qui vous a guidée vers la création d’entreprise ?
Je n’étais pas “destinée” à créer une entreprise: diplômée d’une école d’ingénieurs, je me dirigeais vers une vie de salariat plus “ordinaire”. Pour autant, j’ai toujours eu en moi l’envie de développer un projet créatif, sans savoir exactement lequel, mais en étant certaine qu’il se révélerait naturellement. C’est arrivé il y a 2 ans et demi et mon projet est né d’un besoin concret personnel : trouver une robe à ma taille, unique et personnalisable, le tout avec une empreinte responsable (made in France …)…ce concept n’existait pas, je l’ai donc créé.
2 – Comment votre projet a-t-il évolué dans le temps ? Combien de temps s’est-il écoulé entre la toute première envie d’entreprendre et la date de création de Douces Mesures ?
C’est lors de mon retour à Bordeaux fin 2017 (ville dans laquelle j’ai grandi), que j’ai eu le “déclic”. Sortant d’un excellent entretien d’embauche en continuité avec ma précédente carrière professionnelle, je me suis dit “c’est maintenant, on a qu’une vie et si je n’essaie pas maintenant je ne le ferai peut être jamais”. Bref j’ai ouvert la porte de cette nouvelle aventure, mais d’une façon très cartésienne. J’ai déroulé un mode opératoire “reconversion professionnelle” : bilan de compétences. accompagnement Activ’Créa, réalisation du Business Plan, stages d’immersion pour valider l’adéquation profil/projet sur un mode “vis ma vie”. Une fois ces étapes de faisabilité validées, j’ai actionné la partie “Formation”: à la fois technique par un CAP couture, qui m’a amenée à participer aux concours d’un des Meilleurs Apprentis de France, mais également d’un accompagnement entrepreneurial avec La Ruche de Bordeaux (incubateur ESS) en intégrant le parcours “des Audacieuses”. Dès la fin de ce parcours en juin 2019, je me suis attelée au lancement de Douces Mesures : développement de la première collection de robes, sourcing, shooting photo, réalisation du site internet, préparation de la campagne de Crowdfunding ULULE… Pour arriver au lancement officiel de Douces Mesures en Novembre 2019. 🚀
3 – Quelles sont les particularités de Douces Mesures ? Comment mettez-vous en valeur les aspects innovants de votre entreprise ?
Douces Mesures est une marque de robes en semi-mesure, c’est à dire que je propose une collection de robes qui sont confectionnées suivant le choix de chacune (tissus, longueurs, manches,etc.) et à ses mensurations. La particularité est d’offrir du sur-mesure aux femmes, et pas seulement aux mariées. Ce type d’offre est déjà développé en France, mais seulement pour les hommes (chemises et costumes) tandis que pour les femmes, l’offre se limite aux mariées. Alors que ce concept de “semi-mesure” , ou “demi-mesure” ou même plus simplement “sur-mesure”, existe en réalité depuis bien longtemps mais a été remplacé le Prêt-à-Porter de masse avec la mondialisation. Je souhaite, avec Douces Mesures, revenir à un consommation textile plus raisonnable et donc plus responsable et qui, par nature, est plus en adéquation avec les besoins de chaque femme. J’ai donc développé Douces Mesures pour : aider celles qui ne trouvent pas leur bonheur dans le prêt-à-porter standard (que ce soit pour des problématiques de morphologie ou de d’idée précise de ce qu’elles cherchent) celles qui souhaitent une robe unique, personnalisable et à leurs mensurations ou qui veulent une robe réalisée dans une démarche responsable, made in France, produite à la commande, via des approvisionnements responsables.
4 – Y-a-t-il eu des accélérateurs/obstacles dans votre parcours de création d’entreprise ? Comment vous ont-ils motivée ?
Les accélérateurs ont été mon centre de formation de CAP, La Philomathique de Bordeaux, qui m’a amené à remporter deux médailles d’Or lors du concours d’une des Meilleurs Apprentis de France, une médaille remise par le comité de le Légion d‘Honneur de la Région, et également fait découvrir la Ruche. La Ruche qui m’a également ouvert énormément de portes mais aussi de réflexions: par exemple, ma marque “Douces Mesures” est née grâce aux stimulations de La Ruche.
5 – Quelles qualités avez-vous mobilisées pour vous lancer dans l’aventure et y rester ? Comment réagissez-vous en cas de coup dur – par exemple, la période de crise que nous traversons modifie-t-elle votre vision et votre approche ?
Audace Rigueur Tenacité sont mes maîtres mots. En cas de coup dur, je me rapproche de l’essence même de mon activité, je me rappelle “pourquoi je fais ça”. Et j’ai la chance d’avoir mes proches qui me soutiennent à 200 % dans mon projet. Cette période de crise/confinement a forcément eu un impact sur mon activité: impossible de rencontrer mes clientes (pour la prise de mensurations, les essayages …), sans parler du non-besoin de robes dans cette situation de crise sanitaire. Mais j’ai basculé mon activité sur la réalisation de masques de protection ; par ailleurs, le fait de produire en local a fait que mon activité a été très peu touchée dans son fonctionnement.
6 – Si vous deviez résumer votre activité en 3 chiffres ?
200% : le soutien de mon entourage mais aussi le résultat de campagne de Crowdfunding Ulule 33 : 3 le nombres de modèles de robes que je propose à mon lancement et un autre 3 pour arriver à Bordeaux, ma ville que j’aime tant et qui a aussi inspiré le nom de mes robes #Merlot 8 : comme la forme de l’infini, Douces Mesures est une marque imprégnée dans la Slow fashion, pas de saisonnalité, pas de collection éphémères…
7 – Si c’était à refaire, que changeriez-vous ?
J’aurais aimé avoir le déclic adolescente, l’audace de partir en école de mode, faire mes armes chez de grands couturiers mais la vie a fait que j’ai emprunté un autre chemin, parcouru d’autres expériences, rencontré des personnes chers à mon coeur, mon mari … Donc au final je ne changerais rien ❤️
Share This