Interview Business du mois

Mes Potentiels

Avec sa société Mes Potentiels, Cécile Beauval-Midy accompagne les entreprises dans la recherche d’efficacité et de performance par le développement des compétences de leurs salariés, mais aussi les particuliers dans leur orientation professionnelle.

Le conseil business d’Incremento

Avec « Mes Potentiels », Cécile propose une méthode de gestion des ressources humaines et de détection des talents inédite et innovante qui répond à l’enjeu crucial des directions générales d’attirer et de fidéliser leurs collaborateurs, notamment les millenials et la génération Z. Nous lui conseillons d’investir ce besoin avec confiance et de cibler autant les Start-Ups en phase de développement que les PME et ETI en croissance, pour lesquelles recruter est une charge financière non négligeable – d’où l’importance de bien analyser la ressource humaine! Etablir un plan de prospection Start-Up, PME et ETI, affiner le pitch en conséquence, suivre et relancer ses prospects, demander à ses premiers clients de la recommander, communiquer de façon ciblée sont autant de leviers qui contribueront aussi à ré-ouvrir la porte vers le segment de la clientèle des particuliers
1 – Vous avez créé Mes Potentiels en Mars 2019. Pouvez-vous décrire ce qui vous a guidée vers la création d’entreprise ?

La création d’entreprise n’était pas pour moi une fin en soi. La voie de l’entrepreneuriat s’est ouverte il y a un an, juste après une réorganisation interne dans la collectivité qui m’employait. Mon premier objectif a toujours été de m’épanouir pleinement dans mon activité professionnelle. Aujourd’hui, je remercie cette collectivité de ne pas m’avoir permis une mobilité interne !
J’ai suivi un accompagnement révélateur : le bilan de potentiels. J’ai compris que j’avais les ressources pour me lancer non seulement dans le conseil, mais aussi et surtout dans l’entrepreneuriat.
Enfin, une réelle motivation pour équilibrer mes vies professionnelle, personnelle et familiale a fini de déterminer mon choix pour la création d’entreprise.

2 – Comment votre projet a-t-il évolué dans le temps ? Combien de temps s’est-il écoulé entre la toute première envie d’entreprendre et la date de création de Mes Potentiels ?

A l’origine, je pensais que mon activité serait répartie équitablement entre l’accompagnement des jeunes à l’orientation scolaire et le conseil en entreprise. Aujourd’hui, je m’aperçois que mon projet s’oriente majoritairement vers l’entreprise pour plusieurs raisons :

  • l’entreprise et les collectivités étaient des environnements que j’affectionnais particulièrement. Je m’y sens à l’aise, « percutante » et efficace. Je prends un réel plaisir à accompagner les managers car ce public m’attire particulièrement : je pense sincèrement que ce sont des ressources clés de l’entreprise.
  • L’accès au milieu scolaire est très compliqué. Pour autant je suis convaincue de la plus-value que je peux apporter aux jeunes pour deux raisons : la pertinence de ma méthode et l’ouverture que je leur propose vers le monde de l’entreprise. Je compte bien creuser ce volet à terme.

Il s’est déroulé moins d’un an entre ma première envie d’entreprendre et la date de création de ma société. Ces quelques mois ont confirmé que le conseil et la formation étaient mes moteurs : je souhaitais donc naturellement poursuivre l’accompagnement collectif et individuel.

3 – Quelles sont les particularités de Mes Potentiels ? Comment mettez-vous en valeur les aspects innovants de votre entreprise ?

Convaincue qu’efficacité et bien-être au travail sont les piliers du bon fonctionnement d’une entreprise, j’aide les ressources humaines et les managers à mieux comprendre les potentiels (innés ou acquis au cours de la vie) forts de leurs salariés.
Ces potentiels sont à l’origine de leurs compétences, de leur performance individuelle et de leur épanouissement. Aussi, je propose aux managers et RH d’appréhender leur management par les compétences : un complément aux modes de management actuels (management hiérarchique, management par projet, management par les processus).
Mon approche s’appuie sur une méthode originale et innovante, Potentialis®. Basée sur les principes des sciences cognitives, cette méthode consiste en une série d’exercices accessibles à tous, et dont l’objectif principal est de repérer ses potentiels forts. Le bilan Potentialis® se concentre sur 4 grands types de potentiels : le potentiel sensoriel, le potentiel de créativité, le potentiel de raisonnement logique, le potentiel de communication.
Je propose cette méthode aux organisations qui:

  • Cherchent à (re)mobiliser leurs salariés
  • Réorganisent leurs services
  • Encouragent et soutiennent la mobilité.
4 – Quels ont été les accélérateurs/obstacles dans votre parcours de création d’entreprise ? Comment vous ont-ils motivée ?
La règlementation concernant la formation a beaucoup évolué et aurait pu constituer un obstacle pour le développement de mon entreprise. J’ai su m’adapter ! Ma capacité à réagir, mon agilité et ma curiosité m’ont permis de trouver des solutions pour répondre à cette problématique administrative. Le réseau Bouge ta Boîte que j’ai rejoint en juin 2019 agit quant à lui comme un vrai accélérateur : je rencontre des entrepreneures avec lesquelles nous partageons nos expériences business. Je prends conscience de la puissance des réseaux et des recommandations. Ce sont de sacrés catalyseurs, dont le retour est souvent inattendu. Cela confirme qu’en donnant, on reçoit.
5 – Quelles qualités avez-vous mobilisées pour vous lancer dans l’aventure et y rester ? Comment réagissez-vous en cas de coup dur ?

Je me suis appuyée et m’appuie tous les jours sur mes potentiels dominants :

  • L’action, qui me permet de développer la partie commerciale que je découvre
  • Ma capacité de cadrage, qui me permet de me fixer des objectifs, d’anticiper et de planifier
  • Ma curiosité, qui me permet de faire des liens en permanence et de connecter des idées

Ensuite, je m’ancre dans le positif au quotidien, j’essaie de célébrer mes victoires même petites : mon premier contrat à 3 chiffres signé, un SMS d’un RH me remerciant pour mon intervention, le sourire d’un salarié que je viens d’accompagner, d’un manager qui ose prendre sa place…
En cas de coup dur, je discute avec mon mari, ce qui me permet de prendre du recul sur la situation qui pose problème.
Je choisis de m’éloigner des personnes qui pourraient avoir une influence néfaste sur mon moral. Je suis mon propre outil de travail, aussi j’accepte et j’assume de dire non à des personnes qui ne m’apportent rien (business or not business). Je me concentre sur le positif.

6 – Si vous deviez résumer votre activité en chiffres ?
Je dirais 20 comme le nombre de bilans de potentiels réalisés en 2019… Et 50 : mon prévisionnel pour 2020 ! J’aimerais également passer de 5 jours de formation en 2019 à 15 en 2020.
7 – Si c’était à refaire, que changeriez-vous ?
Je mettrais à profit les dispositifs de formation auxquels j’avais droit avant de quitter ma collectivité. Et j’aurais unE mentor pour m’accompagner dans le développement de mon entreprise. D’ailleurs si vous connaissez quelqu’un…
Share This